Home Sport Atcher et son «management paternaliste» : l’étonnante défense du patron de la Coupe du monde 2023 de rugby

Atcher et son «management paternaliste» : l’étonnante défense du patron de la Coupe du monde 2023 de rugby

by admin
0 comment


Cette affaire fait grand bruit. Dans une enquête parue dans le journal L’Équipe en juin, plusieurs personnes avaient évoqué un « management par la terreur », au sein du Groupement d’intérêt public (GIP), qui organise actuellement la Coupe du monde 2023 de rugby. Des accusations balayées d’un revers de la main par le patron, Claude Atcher.

Dans un entretien accordé au JDD ce dimanche, le patron du comité d’organisation du Mondial a nié ces accusations : « Quand on fait une analyse en interne, on n’a pas l’impression de vivre dans un tel environnement. Ça ne signifie pas qu’il faut occulter le problème. Peut-être qu’on a loupé quelque chose malgré nos dispositifs, mais il n’y a jamais eu d’alertes sur les sujets posés dans l’article ».

L’inspection du Travail saisie

Les employés avaient également évoqué des démissions successives et des crises d’anxiété, à cause de la conduite de Claude Atcher et de sa cheffe de cabinet. La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castéra, avait par la suite saisi l’inspection du Travail pour faire la lumière sur cette affaire.

« Qu’on ait décrit un malaise social de ce niveau m’a interpellé et amené à prendre des mesures. Avec mes équipes, on a immédiatement établi un plan en cinq points », a expliqué Claude Atcher, avant de détailler les mesures mises en place : « un dispositif d’écoute permanent qui permette aux salariés de s’exprimer anonymement afin qu’ils bénéficient d’un accompagnement adapté ».

Le patron du comité d’organisation de la Coupe du monde de rugby a évoqué « un décalage intergénérationnel » avec les équipes qu’il gère : « Il y a peut-être cette différence de culture avec mon management paternaliste. Je suis capable de dire en face à quelqu’un que son travail n’est pas bon. Systématiquement, j’ajoute : attention, ce n’est pas ta personne qui est visée ».

« C’était l’un des fantasmes des policiers »

Dans cette même interview, Claude Atcher est aussi revenu sur l’affaire Laporte-Altrad, dans laquelle il sera jugé en septembre prochain (avec Laporte et Altrad) au tribunal correctionnel de Paris pour « recel d’abus de confiance », « abus de biens sociaux » et « travail dissimulé par dissimulation d’activité ». « C’est dommageable. En ce qui me concerne je n’ai rien à voir avec l’affaire principale qui va être jugée », s’est défendu l’ancien rugbyman.

L’homme d’affaires de 66 ans a par ailleurs écarté la thèse d’un possible achat du Mondial : « C’était l’un des fantasmes des policiers quand ils ont débarqué sur le dossier. Leurs investigations ont montré qu’il n’y avait rien. Aucune charge n’a été retenue contre moi concernant ces soupçons. Je ne suis pas un ami de Bernard Laporte. On s’est rencontré en 2016, quand j’ai accepté de participer à sa campagne par conviction. Et je me retrouve embarqué dans une lessiveuse ».



Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin