Home Politique Boycott et polémique sur la présence de députés RN dans l’équipe de football de l’Assemblée nationale

Boycott et polémique sur la présence de députés RN dans l’équipe de football de l’Assemblée nationale

by admin
0 comment



Le match de la discorde. Plus encore que la Coupe du Monde au Qatar, un match de football déchaîne les passions au sein de l’Hémicycle, au point de pousser plusieurs députés à vouloir le boycotter : celui, caritatif, de l’équipe de l’Assemblée nationale, prévu ce mercredi soir. Organisée au profit de l’association « e-Enfance », qui lutte contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement, avec le numéro national 3018, la rencontre se retrouve dans une tempête politique.

Les élus insoumis comme Éric Coquerel, Ugo Bernalicis ou David Guiraud estiment que le RN voulait « utiliser ce match pour se normaliser », selon une source parlementaire. Ils boycottent donc le match et comptent soutenir financièrement l’association directement. Une décision assumée par la présidente des députés LFI, Mathilde Panot, à la sortie d’un séminaire de la Nupes. Le PS a d’ailleurs abondé dans le sens des Insoumis.

La gauche unanime, Renaissance partagée

Ils « veulent montrer qu’ils se sont fondus dans la masse et que désormais ils sont des parlementaires comme les autres », a critiqué le premier secrétaire du parti Olivier Faure. « Le défi qui nous est posé, on le voit bien avec l’Italie, c’est que la banalisation conduit aussi à des alliances entre la droite et l’extrême droite, c’est ainsi que l’extrême droite peut gouverner. Nous n’avons pas de raison particulière de lui servir d’escabeau », a-t-il lancé.

Après l’élection de 89 députés au mois de juin, « c’est la première fois que le RN est convié à participer à un match de l’équipe de l’Assemblée », déplore de son côté le groupe socialiste dans un communiqué, qui refuse également de participer aux matchs de l’équipe parlementaire de rugby « si le RN est présent ». Le mouvement s’est même étendu à la majorité présidentielle, la patronne des députés Renaissance Aurore Bergé a aussi recommandé à ses troupes « de ne pas participer à un match qui donnera lieu à une + photo d’équipe + » : or « nous ne jouons pas dans la même équipe. » L’occasion pour elle de relancer un « ni extrême droite, ni extrême gauche » au passage.

« En vous disant que je n’irais pas jouer, je participe au […] sentiment qu’ils sont ostracisés »

La composition de l’équipe risque donc de donner des maux de tête au co-capitaine Karl Olive (Renaissance), qui a regretté que « LFI instrumentalise et prenne en otage le match. Ça va faire parler encore plus du Rassemblement national », estime-t-il, alors « qu’on avait l’occasion d’offrir une image bienveillante de l’Assemblée ». Ce boycott « est débile », abonde l’autre capitaine, le LR Pierre-Henri Dumont. « C’est un match caritatif » et « LFI ne disait rien quand ils jouaient dans le XV parlementaire avec le RN Louis Aliot », insiste-t-il, en référence à l’équipe de rugby qui a parfois réuni Alexis Corbière et le maire de Perpignan.

Interrogé sur Sud Radio, le ministre des Solidarités Jean-Christophe Combe a d’ailleurs regretté ce boycott qui « rend plutôt sympathiques aujourd’hui » les 89 députés du RN. « Je ne joue pas au football mais je pense que ce n’est pas la bonne façon de combattre les idées du RN », c’est « un mauvais exemple, un mauvais combat à conduire », a-t-il poursuivi. Le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a lui reconnu une « ambivalence » à boycotter ce match : « En vous disant que je n’irais pas jouer, je participe au phénomène qui consiste à faire monter le sentiment qu’ils sont ostracisés, qu’ils sont victimes du système, etc. », a-t-il développé sur CNews.

Au RN, le député Julien Odoul dénonce un « sectarisme regrettable » alors que « la cause est plus importante, pour des enfants victimes de cyberharcèlement ». « Ça en dit long sur ces gens en réalité, c’est la haine tout le temps, partout, le combat tout le temps », a déploré à l’antenne de RTL Marine Le Pen. « En réalité, ils vont à l’encontre d’une des grandes valeurs du sport qui est que le sport, précisément, c’est l’endroit où on ne fait pas de politique », a-t-elle ajouté, convaincue que les groupes appelant à ne pas participer à ce match seront « jugés durement par les Français ».



Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin