Home Sport «C’est une famille» : la crème des athlètes du street workout jouent des muscles à Montgeron

«C’est une famille» : la crème des athlètes du street workout jouent des muscles à Montgeron

by admin
0 comment


Les muscles sont aiguisés, les corps gainés. Pas la peine de chercher du gras, il n’y en a pas. Ce samedi, une trentaine des meilleurs athlètes masculins et féminins de street workout s’est donné rendez-vous à Montgeron. La ville de l’Essonne accueillait les Championnats de France de street workout « freestyle », une discipline qui mêle musculation, gymnastique aérienne et figures acrobatiques. À la clé, pour les quatre finalistes, une qualification pour les mondiaux les 20 et 21 août, en Lettonie.

« Échauffez-vous, hydratez-vous, il va faire chaud », lancent les organisateurs aux athlètes. Ils ont chacun deux minutes pour montrer ce qu’ils ont dans les bras. Et c’est impressionnant. Certains enchaînent les tornados – un 360° sur les barres -, d’autres restent plusieurs secondes en suspension… L’esprit est bon enfant, les concurrents s’encouragent.

Montgeron, le 30 juillet 2022. Les championnats de France de freestyle en street workout se sont déroulés à Montgeron avec une trentaine de participants venus de toute la France.
Montgeron, le 30 juillet 2022. Les championnats de France de freestyle en street workout se sont déroulés à Montgeron avec une trentaine de participants venus de toute la France.

« C’est une famille, témoigne Adrien, venu de Thiais (Val-de-Marne) et âgé de 19 ans. On se connaît tous assez bien. D’une façon générale, il y a une très bonne ambiance dans les parcs de street workout. On a l’habitude de se saluer. Et il ne faut pas hésiter, quand on est débutant, à demander des conseils, au contraire. »

Adrien a commencé il y a quatre ans ce sport qui se pratique sur des agrès en extérieur, et donc en accès libre. « Mais j’ai fait dix ans de natation avant, poursuit-il. Au début, c’était juste pour me renforcer. J’ai regardé des vidéos sur YouTube, et je suis tombé dedans. Je m’entraîne 4 à 6 fois par semaine. Principalement dans ma chambre, et pour l’agilité, j’aime bien aller au parc de Nanterre dans les Hauts-de-Seine, il est chouette. »

Après le Covid, un « réel besoin de structures en extérieur »

À Montgeron, les installations sont toutes récentes. « Ça permet aux gens de s’exprimer et de faire de l’exercice », se réjouit Valérie Dollfus, adjointe aux sports et à la jeunesse. La ville s’est appuyée sur le fabriquant Kenguru Pro et l’installateur Sport Park. « Cette discipline se développe de plus en plus en Île-de-France. L’État a lancé le programme 5 000 terrains pour 2024. Après le Covid, beaucoup de salles de sport ont été moins fréquentées. Il y a eu un réel besoin de structures en accès libre et en extérieur », explique Macha et Fabrice Lion, les gérants et organisateurs. L’objectif, à plus long terme, est que le street workout se fasse une place aux Jeux olympiques en tant que discipline officielle.

En attendant, Léa est la première candidate féminine à se lancer. Et elle n’a rien à envier aux athlètes masculins. Elle enchaîne les figures en toute aisance. Elle aussi a pratiqué la natation, avant de se mettre au street workout il y a six ans. « J’ai découvert ça après un rassemblement dans ma ville, Nice », indique la jeune femme de 24 ans. Elle n’a même pas besoin de reprendre son souffle après son impressionnante démonstration. « J’ai très vite progressé, car au bout des huit premiers mois, je participais aux Championnats du monde à Moscou. Je m’entraîne tous les deux jours pour le renforcement musculaire, et une fois par semaine sur les barres. Pas plus, car c’est assez contraignant pour les articulations. »

Fini de discuter, elle se dépêche de prendre un appareil pour filmer et photographier la performance de son petit ami. Ici, on s’encourage les uns les autres et chacun profite du spectacle, personne ne joue aux gros bras. Ils en ont tous, de toute façon.

Montgeron, le 30 juillet 2022. Sur la trentaine de participants, le championnat compte quatre athlètes féminines, dont Léa, 24 ans. LP/C.CH.
Montgeron, le 30 juillet 2022. Sur la trentaine de participants, le championnat compte quatre athlètes féminines, dont Léa, 24 ans. LP/C.CH.



Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin