Home Sport «Des yeux d’enfants retrouvés», Romain Bardet veut lancer son Tour de France sans penser au général

«Des yeux d’enfants retrouvés», Romain Bardet veut lancer son Tour de France sans penser au général

by admin
0 comment


Rouler « sans penser au lendemain » et encore au moins au classement général. Il y a quelques années, les conférences d’avant-Tour de Romain Bardet n’avaient pas vraiment ce goût d’insouciance. Il y était question de podium, de minutes à ne pas perdre sur un contre-la-montre, de gestion de l’effort. Tout était planifié pour tenter de monter sur la boîte trois semaines plus tard sur les Champs-Élysées, ce qu’il a réussi à deux reprises (2e en 2016, 3e en 2017).

Rien de tout ça en 2022. Après un an d’absence, et un abandon rageant le 20 mai dernier sur le Giro alors qu’il semblait dans une forme étincelante, l’Auvergnat de la DSM se laisse porter par son enthousiasme. Et par le bel accueil réservé par le public danois mercredi soir à Copenhague lors de la grande présentation.

Dans quel état d’esprit vous trouvez-vous à la veille du Grand départ et au lendemain de cette soirée dans les jardins de Tivoli ?

ROMAIN BARDET. On a vécu une belle présentation hier, c’était sympa, ça m’avait manqué l’an dernier pour être honnête. Il n’y a pas de doutes, je sens bien qu’on est bien arrivé et qu’on va bientôt être prêt à partir.

Quels objectifs vous fixez-vous en ce début de course ?

On se concentre sur les étapes. L’approche n’a pas changé. Je n’ai pas de vraies certitudes sur mon niveau et cette première semaine. Ça n’enlève rien à ma motivation mais je veux courir sans penser au lendemain. Il n’y a pas d’approche du général comme sur le Giro.

Je vais courir comme on a couru la Vuelta l’an dernière, de manière offensive avec chaque jour du travail pour nos sprinteurs et nos coureurs de classiques. J’aurai ma chance ensuite en montagne dans des étapes qui me plaisent. Au départ, je serai là en équipier pour nous protéger du vent et faire les bons sprints.

Quel regard portez-vous sur l’absence de Julian Alaphilippe ?

C’est dommageable de ne pas avoir Julian pour le monde du vélo et pour les Français surtout. Il va manquer au Tour. Toutes ces dernières années, il a brillé et fait rayonner la course de son éclat. Mais voilà, on sait que ce sont les aléas d’une carrière de haut niveau. Ça rendra son retour encore plus beau, j’en suis certain.

Qu’est-ce qui vous a particulièrement manqué dans le Tour de France ?

C’est l’évènement majeur de l’année. Surtout que cet été, il y a une telle variété de terrains, les coureurs en jambe vont avoir de quoi s’exprimer. J’ai eu un an de recul pour en saisir la grandeur. J’ai l’impression d’aborder cette nouvelle participation avec encore plus d’envie et des yeux d’enfants retrouvés.

Après le Giro, j’ai coupé un peu. Le temps de guérir d’abord et ensuite on s’est bien préparé. Ça été plus facile de passer de la déception du Giro grâce à cette perspective du Tour de France. À la fin, j’étais plutôt content de me dire que j’avais assez de temps et de semaines pour bien me préparer.



Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin