Home Monde Irak: «On y voit très difficilement. On étouffe. Il fait chaud»

Irak: «On y voit très difficilement. On étouffe. Il fait chaud»

by admin
0 comment



Publié

Comme l’écrasante majorité des Irakiens, il ne cache pas sa lassitude face à un phénomène ayant pris une ampleur inédite ces derniers mois.

Malgré les tempêtes de sable ou de poussière, le livreur Milad Mitti ne peut se payer le luxe de manquer une journée de travail. Pour parcourir à moto les rues de Bagdad et livrer leurs repas aux clients, le jeune homme de 30 ans s’équipe comme il peut: des lunettes «pour la poussière» et un cache-cou gris remonté sur la bouche et le nez «pour pouvoir respirer».

Avec une dizaine de tempêtes de sable depuis la mi-avril, l’Irak a désormais pris l’habitude de découvrir au réveil un ciel grisâtre lourd de poussière. Quand ce n’est pas un halo orangé qui enveloppe les villes du pays. Maintes fois ces dernières semaines, les aéroports ont été contraints de suspendre leurs vols pour cause de visibilité réduite. Dimanche encore, l’aéroport international de Bagdad a interrompu pendant plusieurs heures ses opérations.

Asthme, insuffisances respiratoires

«C’est probablement la première année que l’Irak connaît autant de tempêtes de sable», déplore Milad. En ce premier dimanche de juillet, il doit composer avec une température de 40 degrés et une énième tempête de poussière. «On y voit très difficilement. On étouffe. Il fait chaud. Il faut boire des jus et des liquides pour se préserver», ajoute le trentenaire.

Malgré la chaleur étouffante écrasant une ville ultra-bétonnée, les piétons sont plus nombreux à porter un masque. Au mois de mai, les tempêtes de sable ont fait un mort, tandis qu’au moins 10’000 personnes ont dû se faire soigner à l’hôpital pour des troubles respiratoires. Il s’agit principalement de personnes âgées, ou d’individus souffrant d’asthme, d’insuffisances respiratoires ou de maladies cardiaques.

«Laver toute la maison»

Les autorités présentent l’Irak comme l’un des cinq pays les plus vulnérables aux effets du changement climatique et à la désertification, un des facteurs les plus importants derrière la multiplication des tempêtes de sable. Durant les deux prochaines décennies, le pays devrait connaître «272 jours de poussière» par an et en 2050, le seuil des 300 jours sera atteint, selon un responsable du ministère de l’Environnement.

Parmi les mesures préconisées pour lutter contre ce phénomène, les autorités citent la création de ceintures vertes autour des villes. Mais le pays de 41 millions d’habitants souffre aussi des pénuries d’eau et de précipitations en baisse.

Électricien, Razzak Jassem fustige les «manquements» des autorités et «des milliards dépensés pour des bêtises» dans un pays riche en hydrocarbures. Il s’est résigné aux tempêtes. «Tu mets un masque, ça te gêne, tu étouffes, tu veux l’enlever. Tu le retires et c’est la poussière», lâche-t-il.

Il y a aussi les incessants nettoyages dans les foyers. «Chaque tempête terminée, il faut laver toute la maison. Tu as beau isoler, la poussière entre». Pour l’homme de 35 ans, marié et papa de trois enfants, pas question de lever le pied. «Tout est payant, le gouvernement ne peut rien nous apporter. On arrêtera de travailler quand on mourra. Tant qu’on est en vie il faut travailler», ironise-t-il.

(AFP)





Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin