Home La Une La ville favorable à l’ouverture d’une « halte soin addictions », dite salle de shoot

La ville favorable à l’ouverture d’une « halte soin addictions », dite salle de shoot

by admin
0 comment



A l’ère d’Alain Juppé, on parlait de salle de shoot mais la majorité de Pierre Hurmic préfère le terme de halte « soins addictions » (HSA) forgé par l’Etat, plus fidèle, selon elle, à la fonction du dispositif. « La ville est candidate car nous sommes très attachés à l’ouverture d’une salle dite de consommation à moindre risque, très injustement qualifiée de salle de shoot alors que c’est de l’accompagnement de ces publics ( toxicomanes de rue) pour travailler le social, l’insertion et le soin », explique ce lundi Amine Smihi, adjoint au maire chargé de la tranquillité publique, de la sécurité et de la prévention. Il a évoqué ce dispositif à l’occasion d’une présentation d’un plan de la présentation de la nouvelle stratégie territoriale de sécurité de prévention de la délinquance de Bordeaux.

Pas encore de calendrier

« Il y a eu un projet très avancé à Bordeaux que l’on souhaite réactiver, » précise le maire Pierre Hurmic (EELV). Il devait être localisé à l’hôpital Saint-André mais l’emplacement choisi va disparaître dans le cadre d’un projet de restructuration de l’établissement. Depuis une vingtaine d’années des problèmes de toxicomanies se traduisent par des injections dans la rue, dans certains secteurs du centre-ville comme Victor Hugo et ferme de Richemont, et certains parkings comme Saint-Christoly et Camille Jullian et à proximité de l’Athénée. « Il y a certains quartiers où cela devient invivable », rapporte Amine Smihi.

La ville est candidate depuis 2020 pour l’ouverture d’une HSA, cofinancée par l’Etat. Il n’y a pas de calendrier à ce jour puisqu’un feu vert est attendu de la part notamment des autorités sanitaires. L’emplacement n’est pas encore déterminé mais la ville souhaiterait qu’il y ait à la fois un lieu pérenne et un dispositif mobile pour aller à la rencontre de ce public pour lequel il n’est pas toujours aisé de franchir la porte d’un hôpital. A la lumière des expériences de Lille, Strasbourg et Paris, la ville penche aussi davantage pour de petites structures plutôt qu’une seule plus importante et met en avant l’indispensable rattachement au médical.



Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin