Home La Une « Les 5 minutes les plus longues de ma vie »… Ils ont participé ou assisté à un discours de foireux

« Les 5 minutes les plus longues de ma vie »… Ils ont participé ou assisté à un discours de foireux

by admin
0 comment



On a tous vécu ce moment de solitude. L’instant où l’on prononce un discours au mariage de son meilleur pote, et que l’on comprend qu’on est en train de faire le plus gros bide de l’Histoire. Mais la plupart du temps, c’est en tant qu’invité qu’on assiste au fiasco de la prestation d’amis ou de membres de la famille d’un des époux. On étouffe alors un rire narquois, en se disant « La honte ! Les pauvres ».

Même pétri de bonnes intentions, tout le monde ne peut se targuer de maîtriser l’art oratoire. Ni d’être désopilant. Et certains convives ayant bu un verre de trop avant de monter sur scène finissent par être fins comme du gros sel.

« Dès qu’il s’est mis à parler, on a tous senti le malaise ! »

Adrien, qui a répondu à notre appel à témoins, évoque avec le sourire la scène surréaliste à laquelle il a assisté. « Un des témoins éméché a pris le micro. Il n’était visiblement pas du tout préparé à l’exercice. Dès qu’il s’est mis à parler, on a tous senti le malaise ! Il s’est lancé pour raconter une vieille anecdote sur le marié. Ce dernier, après avoir passé un après-midi à boire du cidre, avait eu une explosion de chiasse fulgurante en pleine rue. La situation peut paraître amusante comme ça, mais les parents et grands-parents étaient consternés. Je crois que le marié et son témoin sont restés en bons termes malgré tout. L’histoire ne dit pas s’ils ont rebu du cidre ensemble ! ».

Parfois, les discours surprises s’avèrent de vrais cadeaux empoisonnés pour les mariés. Et des moments de gêne intense pour leurs convives. Christophe témoigne de ce qu’il a vécu au mariage d’un camarade de promotion : « Il était de notoriété publique que cet ami était loin d’être l’homme le plus fidèle. Une ado de 16 ans très candide a entamé le discours de sa vie. Premier couac : sa mère lui a d’abord demandé d’attendre que son père revienne des toilettes, tout ça au micro devant 150 personnes. Deuxième malaise : l’ado a lu son texte très fleur bleue, qui insistait sur la fidélité, l’honnêteté et le respect dans le couple. Autant dire qu’à la table de nos 15 collègues de promotion, nous étions très gênés ». Très mauvaise idée aussi : l’enfilade de private jokes qui font au mieux sourire l’un des deux mariés, au pire saoulent atrocement l’auditoire.

« L’humour, c’est vraiment trop casse-gueule »

Autre écueil à éviter : les révélations d’informations compromettantes. Les allusions aux conquêtes passées sont un grand classique. Mais pas seulement. Mélanie et son mari y ont eu droit, alors qu’ils croyaient avoir tout bien bordé en amont. « On avait missionné un ami pour faire maître de soirée, demandé à ma famille un petit chant, préparé notre propre discours à deux voix… On avait évidemment aussi prévu beaucoup d’alcool. Pendant le dîner, mes beaux-parents nous font un discours ultra-poétique et émouvant. Nos amis envoient les animations en Power Point et évitent les photos embarrassantes. Et tout d’un coup, mon petit frère décide d’improviser une bafouille. Il prend le micro, nous embaume d’une haleine de champagne, pour dire à mon mari  » Je t’aime vraiment beaucoup… parce que tu fumes ! « . Toute ma belle famille l’ignorait étant donné que depuis dix ans, mon mari avait soigneusement dissimulé cigarettes, briquets et odeurs de mégots. » Dommage.

Il n’est pas rare que les invités se lancent dans l’écriture de sketchs. Mais tout le monde n’est pas Fabrice Eboué. Et le risque de se vautrer est énorme. Non content de s’humilier, les comiques de circonstance. Antoine avoue son échec cuisant. « Au mariage de ma tante, mon cousin et moi avons rejoué les différents moments de la rencontre des époux. Mais nous n’avions pas beaucoup répété. Et l’improvisation, dans le domaine de l’humour, c’est un métier. Pendant que nous nous débattions sur scène, il n’y avait pas un bruit dans l’assistance. Pas un rire non plus, sauf celui de ma cousine à qui j’avais commandé une réaction, aussi fausse soit-elle. Ce furent les 5 minutes les plus longues de ma vie. Moi qui me considère comme très drôle, ce fut une énorme claque. L’humour, c’est vraiment trop casse-gueule », conclut-il.

« Personne ne nous a jamais reparlé de ce grand moment artistique ! »

La galerie des plantages est tellement longue qu’on pourrait en écrire un roman. Comment ne pas évoquer les chansons niaises, les quiz sur les mariés ennuyeux à mourir, les diaporamas avec des photos borderline, les chorégraphies ridicules… ? C’est dans ce domaine que Catherine a réalisé une contre-performance mémorable auprès de très bons amis : « Comme j’étais témoin, je me suis sentie pousser des ailes. Quelle erreur ! En général, je me contentais de participer à l’écriture d’une chanson parodique. Mais pour une fois, je me suis lancée dans une chorégraphie sur Les Magnolias de Claude François, en embarquant dans ma débâcle trois copines et mon mari. Résultat : ce dernier a chanté faux et notre chorégraphie, à peine répétée, ressemblait plus à une danse folklorique qu’à une prestation de Clodettes. Et nos costumes se résumaient à des tee-shirts achetés à l’arrache sur lesquels nous avions écrit un truc nul. Heureusement que les convives avaient bu. Personne ne nous a jamais reparlé de ce grand moment artistique ! ».

Mais ce qu’il y a de bien avec les moments malaisants, c’est qu’on finit toujours par en rire. Et que les films de mariage servent à des soirées « vidéo-gags ».



Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin