Home Monde Macron en quête d’une « majorité plus large et plus claire pour agir »

Macron en quête d’une « majorité plus large et plus claire pour agir »

by admin
0 comment


AA / Paris / Ümit Dönmez

Emmanuel Macron a exprimé, mercredi soir, sa conviction qu’il est possible de « trouver une majorité plus large et plus claire pour agir », malgré l’échec de l’alliance présidentielle à obtenir une majorité absolue à l’Assemblée nationale, à l’issue du second tour des élections législatives.

Dans une allocution télévisée, le Président français s’est adressé à ses compatriotes, trois jours après le second tour des élections législatives qui ont permis à l’alliance présidentielle « Ensemble! » d’obtenir 245 sièges sur les 577 convoités, à défaut des 289 requis pour pouvoir légiférer sans établir d’accord avec d’autres groupes parlementaires.

– La forte abstention des élections législatives

Regrettant la forte abstention des Français lors des élections législatives (54 %), Emmanuel Macron a souligné que « voter est essentiel pour la vie de notre nation ».

« Je ne peux […] ignorer la forte abstention qui nous oblige tous à redonner davantage à nos actions collectives de lisibilité au grand rendez-vous démocratique », a déclaré le Président français, poursuivant ses propos en commentant sur le résultats élections législatives dont le second tour s’est tenu le 21 juin.

« Je ne peux pas davantage ignorer les fractures, les divisions profondes qui traversent notre pays et se reflètent dans la composition de la nouvelle assemblée, », a-t-il ajouté, en référence à la présence d’une demi-douzaine de groupes parlementaires au Palais Bourbon.

Macron a estimé que ces divisions « expriment » les inquiétudes des Français et le besoin d’une « plus grande lisibilité » de la part des dirigeants.

– Besoin de réformes ambitieuses

Emmanuel Macron a évoqué les « mesures d’urgences » prises et envisagées par la majorité présidentielle pour « répondre aux besoins du pays et de notre quotidien » Pour ce faire, il a notamment rappelé la « loi sur le pouvoir d’achat et pour que le travail paye mieux ».

« Notre pays, plus que jamais, a besoin de réformes ambitieuses pour continuer de créer plus de richesses et innover davantage », a-t-il estimé.

« Il faudra bâtir des compromis, des enrichissements, des amendements, mais le faire en toute transparence, à ciel ouvert si je puis dire qui concerne toutes les forces politiques, à commencer par la majorité présidentielle, mais toutes les autres », déclaré le Président français, faisant état d’une nécessité de « clarifier dans les prochains jours la part de responsabilité et de coopération que les différentes formations de l’Assemblée nationales sont prêtes à prendre ».

– Une éventuelle coalition

Le Président français a poursuivi son discours en rappelant que la majorité présidentielle n’a pas pu obtenir la majorité absolue à l’Assemblée nationale et en reconnaissant le besoin « d’apprendre à gouverner et légiférer différemment ».

« Aucune force politique ne peut aujourd’hui faire les lois seule. La majorité présidentielle est en effet relative », a déclaré le chef d’État français.

Emmanuel Macron a ensuite relaté les entretiens qu’il a eus, cette semaine, avec les leaders des groupes politiques présents à l’Assemblée nationale.

« La plupart des dirigeants que j’ai reçus ont exclu l’hypothèse d’un gouvernement d’unité nationale, laquelle d’ailleurs, à mes yeux, n’est pas justifiée.

« Je crois qu’il est donc possible, dans le moment crucial que nous vivons, de trouver une majorité plus large et plus claire pour agir », a-t-il estimé, n’excluant pas la possibilité d’une coalition ou d’alliances provisoires pour voter les textes au Palais Bourbon.

« Je souhaite, donc, dans les prochaines semaines, que ce dépassement politique se poursuive avec clarté et responsabilité », a-t-il déclaré.

– Mélenchon demande un vote de confiance

En réaction au discours d’Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon, le leader de la Nouvelle Union Populaire Écologique et Sociale (NUPES) arrivée deuxième lors des élections législatives, a déclaré que le gouvernement d’Élisabeth Borne manque de légitimité et réclamé que la Première ministre sollicite la confiance de l’Assemblée nationale.

Si la première ministre n’a pas la confiance de l’Assemblée, elle devra démissionner, a-t-il martelé.

« Inutile de contourner la réalité, Madame la Première ministre, comme dans toutes les démocraties du monde, doit se présenter devant l’Assemblée nationale, présenter un programme d’action et solliciter la confiance. Si elle ne l’a pas, elle doit démissionner », a-t-il, de nouveau, souligné.



Seulement une partie des dépêches, que l’Agence Anadolu diffuse à ses abonnés via le Système de Diffusion interne (HAS), est diffusée sur le site de l’AA, de manière résumée. Contactez-nous s’il vous plaît pour vous abonner.





Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin