Home La Une On a fait le parcours 2022, ouvrez bien l’œil pour ne rien manquer !

On a fait le parcours 2022, ouvrez bien l’œil pour ne rien manquer !

by admin
0 comment


On vous avait prévenus. Après dix éditions d’œuvres spectaculaires sur des places incontournables de la ville, le Voyage à Nantes se la joue un peu plus discret pour sa 11e édition lancée ce week-end, et ce n’est pas pour nous déplaire. La ligne verte s’arrête cette année dans des endroits où on ne l’attendait pas, et où il faut parfois quelques minutes pour trouver les œuvres, au risque de complètement passer à côté.

Dimanche, à notre première étape au marché de Talensac, c’est par exemple ce qu’il s’est passé. « Oh, regarde, tu avais vu ? », lance un papa à sa fille, qui repartaient de leurs courses sans rien remarquer. Car pour découvrir les charmants automates, que les plus vieux Nantais avaient connus rue Joffre il y a plusieurs années, il faut bien ouvrir l’œil. Levez la tête : ces personnages en bois s’animent au-dessus de chacune des portes de la halle, exploitée pour la première fois.

A quelques centaines de mètres de là, au cimetière de la Miséricorde, certains visiteurs semblent un peu désorientés. Ils ne sont pas venus fleurir la tombe d’un proche, mais bien chercher les cervidés du plasticien Pascal Convert, creusés dans quatre bas-reliefs en verre. Cachés dans la végétation de la partie la plus ancienne du cimetière, ces biches, faons et autres chevreuils surgissent au détour des allées étroites. Encore plus surprenant, ils suivent les visiteurs du regard. « C’est vraiment fascinant, chuchote Madeleine à son mari. Ils s’insèrent parfaitement ici, je trouve. Cherchons un peu plus pour voir s’il y en a d’autres un peu plus loin (spoiler : non). »

Armada de créatures

En revenant dans le centre-ville, idem. Ne passez pas trop vite près de la porte Sauvetout sans dire coucou au castor de l’édition passée. Et ne soyez pas trop désarçonné de retrouver une place Royale bien nue par rapport à l’épave de bateau de l’été dernier. Car il faut là encore faire «un pas de côté» pour se plonger dans l’univers d’Hélène Delprat, qui a investi la plus confidentielle place Felix Fournier, juste à côté. Là, une armada de créatures noires en résine munies de drapeaux semblent parader, peut-être en lien avec l’ange et son porte-voix, installés par la même artiste au centre de la place Graslin. « C’est à la fois gai et inquiétant, juge Elisa, venue faire le parcours en famille. On ne sait pas s’ils sortent de la basilique, s’ils veulent y rentrer… On a envie de se mêler à eux ou au contraire de les fuir. »

Jusqu’au 11 septembre, 60 œuvres, dont 26 inédites, sont à découvrir. Si les habitués ne s’attendent pas forcément à trouver une installation sur la place du Commerce, toujours en travaux, celle-ci est immanquable une fois qu’on s’y trouve. Comme un décor de théâtre, d’immenses panneaux colorés recouvrent les immeubles, magasin Fnac et cinéma, plongeant les passants dans un carnet de croquis réalisés au pastel gras. « Il réutilise des éléments de l’architecture de la ville de Nantes et les réinterprète », indique un médiateur. Amphitrite, bâtiments anciens… Là encore, aiguisez bien votre regard pour tous les trouver !





Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin