Home La Une Oui, la nouvelle secrétaire d’Etat est mal classée parmi les députés en matière d’environnement

Oui, la nouvelle secrétaire d’Etat est mal classée parmi les députés en matière d’environnement

by admin
0 comment


Certains choix faits par Elisabeth Borne et Emmanuel Macron pour composer le nouveau gouvernement ne font pas l’unanimité. Pour son second mandat, le président avait annoncé mettre l’accent sur la préservation de l’environnement, notamment en nommant un Premier ministre « directement chargé de la planification écologique ». Et la composition du ministère de la Transition écologique laisse certains dubitatifs.

En cette semaine de remaniement, c’est la toute nouvelle Secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie qui est critiquée. Bérangère Couillard, députée de la 7e circonscription de Gironde, n’a, selon des internautes, rien à faire à ce poste. Plusieurs publications circulent selon lesquelles elle serait classée parfois 602e, parfois 594e députée sur l’implication pour l’écologie. Mais d’où vient ce classement ? Que prend-il en compte ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

Des publications avancent comme source le site parlementerre.fr. Ce dernier est géré par une association française de mobilisation citoyenne en faveur de la protection de l’environnement, Agir pour l’environnement. Elle a voulu mettre en avant, à la veille des élections législatives, les votes des députés de la précédente législature sur les thématiques environnementales,

Ce classement compte 655 rangs, soit davantage que les 577 sièges à l’Assemblée. Et pour cause : dans 61 circonscriptions, il y a plusieurs députés en raison de nominations au gouvernement ou de décès. Ont donc été pris en compte le député élu, puis son remplaçant.

Le classement se base sur 17 votes qui ont eu lieu entre mai 2018 et avril 2021. « Pour respecter un équilibre politique et ne pas fausser le résultat, nous avons diversifié le plus possible l’origine des amendements », explique l’association. Certains viennent de la majorité présidentielle, d’autres des socialistes, des Insoumis, de la droite… Chaque député a + 1 point s’il a voté en faveur d’une des mesures écologiques, 0 s’il était absent ou s’est abstenu, et – 1 point en cas de vote contre. Et Bérangère Couillard se classe bien 602e sur les 655 députés évalués.

La députée aux abonnés absents

Dans le détail, la nouvelle secrétaire d’Etat chargée de l’Ecologie n’a voté pour aucune des propositions de la sélection faite par l’association, comme nous pouvons le vérifier sur les bilans de votes. Elle a voté contre cinq amendements : la suppression de l’avantage fiscal pour le kérosène des avions des lignes intérieures, le maintien des petites lignes ferroviaires, la gratuité des services publics de transport en commun en cas de pollution, l’amélioration des services de train de nuit à l’échelle nationale et européenne, et le moratoire sur la création de surfaces commerciales en cas d’artificialisation des sols.

Elle s’est abstenue sur la loi pour réautoriser l’utilisation des insecticides néonicotinoïdes

Et a ensuite brillé par son absence. Parmi les votes en question, se trouvent l’instauration d’un menu végétarien quotidien dans les cantines scolaires et l’interdiction des perturbateurs endocriniens dans les mêmes cantines scolaires. Aussi, concernant les transports, le vote sur l’interdiction de construction de nouveaux aéroports et d’extension des aéroports existants et l’interdiction des vols intérieurs en cas d’alternative ferroviaire de moins de 4 heures.

Comme le confirment les résultats de vote à l’Assemblée, au sujet de l’utilisation de produits chimiques dans les cultures, elle n’était pas présente pour le vote sur la mise en place d’une taxe sur les engrais azotés, l’interdiction du glyphosate, l’interdiction d’épandage des produits phytosanitaires à proximité des habitations, l’interdiction d’importer des denrées produites en utilisant des substances interdites dans l’UE.

Elle était également absente pour l’interdiction de production, stockage ou vente de produits phytopharmaceutiques non autorisés en Europe, pour l’indemnisation des victimes de l’utilisation de produits phytosanitaires, et enfin pour la suppression de l’avantage fiscal pour l’importation d’huile de palme.

Autant d’informations qui expliquent sa place dans le classement de Parlementerre, sans pour justifier la pertinence méthodologique de ce dernier.

N’hésitez pas à poser vos questions sur Whatsapp à l’équipe de Fake off juste ici.





Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin