Home Sport Tennis : «Ça fait deux jours que je n’ai pas bu d’alcool»… Quand Benoît Paire se confie sur sa dépression

Tennis : «Ça fait deux jours que je n’ai pas bu d’alcool»… Quand Benoît Paire se confie sur sa dépression

by admin
0 comment


Éliminé dès le premier tour de Wimbledon dans la foulée de mauvais résultats à Roland-Garros, Benoît Paire ne cache pas vivre une période compliquée. Dans une interview accordée à Brut, celui qui a enchaîné les désillusions cette saison (quatre victoires, 19 défaites) s’est confié sur son mental et sur sa dépression.

« Ce qu’il faut, c’est arriver à trouver le juste milieu, à faire aussi la fête, mais aussi à être sérieux et à bien préparer les tournois. C’est ce que j’ai un peu plus de mal à faire en ce moment. C’est pour ça que je vais repartir à zéro. Ça fait deux jours que je n’ai pas bu d’alcool, je suis en pleine cure, confesse-t-il. Je prends du plaisir quand je vais m’entraîner, quand je joue avec mes amis, mais arriver sur un match de tennis en ce moment… »

L’enfant terrible du tennis français a également évoqué son manque de contrôle quand il arrive sur le court : « J’ai un peu de stress à arriver sur un court alors que c’est ce qu’il me plaisait quand j’étais bon avant. Même sans beaucoup m’entraîner, j’arrivais à sortir de gros matchs parce que j’aimais ça, l’adrénaline. J’aimais les moments de stress et maintenant c’est devenu de plus en plus compliqué. Dès que je suis stressé, je m’angoisse et je panique. C’est difficile parce que je ne me sens pas forcément heureux dans ma vie, parce que le tennis est compliqué ».

« Je vois des psys »

En piteuse forme, le Français a enchaîné les mauvais matchs et s’est fait menacer sur les réseaux sociaux. « Quand on reçoit des messages, déjà que nous, on n’est pas bien, je trouve que c’est la période la plus dure pour recevoir des messages de « haters » et de parieurs qui ont perdu un pari. C’est pas simple à gérer. Il y a des messages plus difficiles où c’est des menaces de mort », avoue Benoît Paire.

Mais malgré tout, l’Avignonnais de 30 ans explique qu’il essaie de remonter la pente : « Ma tête, je ne sais pas quand elle va aller mieux. C’est une blessure qui peut être très longue et j’espère qu’elle sera le plus court possible. J’ai pris conscience qu’il me fallait de l’aide et qu’il fallait que je sois mieux sur le terrain. Je vois des psys, pas mal de personnes pour essayer de comprendre ce qu’il m’arrive. Tout seul, je ne m’en sortais pas. Je consulte un hypnotiseur, un psychologue. J’ai un préparateur mental pour discuter de pas mal de choses pour essayer de corriger ça ». Un témoignage fort, sans fard.





Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin