Home Sport Tour de France femmes : la belle envolée d’Evita Muzic

Tour de France femmes : la belle envolée d’Evita Muzic

by admin
0 comment


De ces cailloux trancheurs de boyaux, de cette poussière piquant les yeux et figeant les visages sous des masques blafards, une tête d’ange a surgi, aussi légère qu’une bulle de champagne. Evita Muzic n’a pas levé les bras à l’arrivée à Bar-sur-Aube (Aube), mais elle a dansé sur les chemins sablonneux non goudronnés traversant les vignobles. La Suissesse Marlen Reusser, avait filé, tout en puissance, un peu avant elle pour couper la ligne la première, ce mercredi après-midi, lors de cette quatrième étape du Tour de France femmes, mais la façon dont la jeune espoir du cyclisme tricolore a réglé au sprint ses deux partenaires d’échappée (la Bélarusse Alena Amialiusik et l’Américaine Veronica Ewers), laisse entrevoir des lendemains chantants.

« D’accord, ce n’est pas une victoire, mais c’est un podium et après celle de Cecilie (Uttrup Ludwig) hier, nous avons effacé notre jour noir, glisse-t-elle tout sourire à sa descente de vélo. Nous sommes dans une bonne dynamique. »

Son équipe, la FDJ-Suez-Futuroscope s’est remise dans le sens de la marche de cette épreuve qui lui tient tant à coeur. Les chutes et l’abandon de l’Italienne Marta Cavalli, l’une des leadeuses avec la Danoise Uttrup Ludwig, sont désormais loin derrière. « Le succès de Cecilie nous a enlevé toute pression, poursuit Evita Muzic. Notre Tour est réussi maintenant. C’est pour ça que j’y suis allée au feeling. »

La championne de France 2021, tellement impatiente de voir la route s’élever, se raidir et lui offrir enfin son terrain de jeu préféré, a profité des moindres raidillons à sa disposition. « J’adore ces chemins, confie-t-elle. Cela me rappelle le cyclo-cross. Ce n’était pas une journée facile pour autant. Il faut toujours une part de chance mais j’ai l’impression qu’elle a tourné pour nous. J’ai déraillé, Cecilie et Grace (Brown) ont crevé, mais il n’y a pas eu de conséquences. »

Equipière de luxe, comme elle se définit, Evita Muzic n’est pas venue sur ce Tour pour jouer sa carte personnelle. Elle a d’ailleurs lâché de précieuses secondes depuis le départ et pointe à la 12e place du classement général à 2′47″ de la Néerlandaise Marianne Vos, toujours en jaune. A 23 ans, la Jurassienne, qui a déjà dans son escarcelle une étape du Tour d’Italie (2020), est là pour apprendre et travailler pour Cecilie Uttrup Ludwig (9e à 1′48″), avec laquelle elle a effectué les reconnaissances des étapes montagneuses. D’autant qu’elle a commencé sa saison mi-avril seulement après une opération d’un genou en janvier consécutive à une mauvaise chute. « J’ai encore quelques appréhensions, c’est pour ça que je ne suis pas toujours bien placée dans le peloton », précise-telle.

C’est pour ça, aussi, qu’elle attend particulièrement le prochain week-end. Dans les Vosges, elle évoluera pratiquement à domicile, sous les yeux de ses parents, tous les deux anciens coureurs. « Cela me tient à coeur, dit-elle. J’ai hâte d’être dans les cols. Je serai là pour accompagner Cecilie. Mais si d’ici là, il y a des opportunités, je ne vais pas me gêner. »



Source link

You may also like

Leave a Comment

France Hebdo

“Il faut toujours se réserver le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille.”

Newsletter

Subscribe my Newsletter for new blog posts, tips & new photos. Let's stay updated!

France Hebdo @2022 – All Right Reserved. By Rivedin